République ligne 11

La station République a retrouvé ses couleurs
Le rouge de l’infamie a quitté son front
Épluchée de ses oripeaux en plastique
Elle montre à nouveau ses carreaux blancs
Ça n’a l’air de rien une République toute simple
Dix lettres blanches sur fond bleu
Mais couverte de ce voile de honte
Elle ployait sous l’offense
Et les voyageurs avec
Qui faisaient semblant  de ne rien voir

 



 

Savoure l’instant

dav

Paisible soirée de septembre. Le métro un peu cahotant emmène ses wagons sur la ligne 11, heureusement promise à un bel avenir de rénovation. Stations connues, parcours habituel, routine bienheureuse du métro parisien. Sursaut à République : la station est rouge vif du sol au plafond. Qu’est-ce que c’est ? Une déco provisoire pour masquer des travaux ? Une pub ? Un revêtement plastifié rouge sur lequel sont dessinées de charmantes saynètes recouvre les murs voûtés : une pimpante Parisienne avec béret rouge et chien-chien en laisse, deux types sympas en train de discuter, un troisième  main tendue vers une montgolfière, un manège, une maison, des ballons, des pigeons, et tous avec les petites bouteilles à la main, c’est tellement plus sympa, avec Coca-Cola. Le nom de la marque domine en blanc, nettement plus grand que celui de la station. Il paraît que Coca-Cola « a choisi de mettre à l’honneur le Paris des Parisiens » – qui se reconnaîtront sans peine dans ces personnages détendus qui gambadent sur les murs – en créant dix mignonnes petites bouteilles représentant les quartiers emblématiques de Paris. Et veut nous faire part de cette heureuse initiative, pas seulement à République, mais aussi à Opéra, Montparnasse, Pigalle et dehors, dans des quartiers ciblés, quelle chance ils ont !

dig

Continue reading

Le marronnier électrique

Sciences et avenir

L’été s’achève, et avec lui sa moisson de nouvelles, d’étonnements et de trouvailles, à l’ombre des grands arbres  étendant leur ombre fraîche sur la canicule. Une découverte surprenante  est apparue au mois d’août dans un journal très observateur : les plus de 60 ans  aiment aussi ! « Laurence  a rencontré Kirk il y a cinq mois et quand elle parle du couple qu’ils forment désormais, elle dit que c’est « une passion ». Elle a 66 ans, il en a 70 ».
Bam !!!!  Incroyable mais vrai !  Les seniors se rencontrent, tombent amoureux et en redemandent ! C’est bien simple, « C’est complètement magnétique entre lui et moi. Comme deux aimants, c’est irrésistible (…).  Il me touche, je suis électrique des pieds à la tête ».
Elle n’exagère pas un peu Laurence ? Ou Jeanine, ou Brigitte, ou Maryse, de toute façon les prénoms ont été changés. Non, elle est  amoureuse et ce n’est pas du tout platonique. Ah bon ? On peut encore penser à ça à cet âge-là ? Vite, une interview  s’impose! D’où il ressort que la vision de la photo de Kirk a produit  un flash immédiat sur Laurence, réciproque heureusement. Qu’ils aiment le même vin, ont vécu des  histoires semblables, ont les mêmes goûts et s’en émerveillent, bref, ils s’aiment, à tel point que Kirk a dit à Laurence : « N’aie pas peur que l’on s’aime trop, c’est un amour éternel qui commence ».
Continue reading

Publicité mensongère

sdr

Dans une rue de Pantin, juillet 2018

Tu dois aimer ça, la chaleur, toi qui es d‘origine espagnole ? Ben non, c’est pas génétique, en plus des fois il fait froid en Espagne, il pleut, en somme il y a des saisons. La sieste n’est pas l’activité la plus notable des Espagnols, qui comme partout en Europe se débattent dans des questions d’appartenance, d’accueil, de fermeture, de chômage, de spéculation immobilière, de violences en tous genres.  Et vivent et luttent et essaient d’avancer malgré les embûches. Du banal en quelque sorte. Mais l’Espagne fut longtemps pour les autres le pays des vacances,  de la sieste à l’ombre des palmiers de la Costa Brava et des belles étrangères  qui se pâment d’aise devant la muleta.
La publicité nous assigne des rôles en carton-pâte : les Italiens dragueurs, les Anglais pince-sans-rire, les Français et leur baguette-croissant au son de l’accordéon, les Allemands organisés, les Suisses tout propres et les Espagnols qui font la sieste. Paysages de carte postale pour personnages en papier mâché, oui, j’ai des origines espagnoles, non j’aime pas les fortes chaleurs, non c’est pas bizarre, c’est juste que je préfère quand il fait vingt-cinq degrés plutôt que trente, quoi.

Allez, bon mois d’août, on se retrouve début septembre !

Rencontre mythique

 index cdiscount.com

Il entre dans le wagon, son téléphone à l’oreille : un bon moment Nadine,  oui, un très bon moment. On dirait un jeune garçon un peu grandi, avec son bermuda et ses chaussettes blanches qui montent haut au-dessus des baskets, le visage rond tout rose du plaisir du bon moment avec Nadine. Meetic ? EDarling ? Disons demain ? Non, il a moins de cinquante ans le veinard.

Il gambade dans sa tête au milieu du wagon, près de la barre centrale, et en oublie les gens autour, seul au monde dans ce wagon de métro surchauffé. Je t’appelle demain Nadine, passe une bonne nuit, à demain, oui c’est ça, à demain, bonne nuit, bonne nuit. Il sourit à ce lendemain qui chante déjà.

Retour de 14 juillet

148484-le-feu-d-artifice-du-14-juillet-2015-a-paris-la-videoparisinfos.com

Soir du 14 juillet 2018, Paris. À la fin du concert de musique classique de l’orchestre de Radio France, la voix de Stéphane Bern nous invite à chanter la Marseillaise pour soutenir les Bleus (si j’ai bien compris). Le feu d’artifice déploie sa magnificence le long de la tour Eiffel, avec effets spéciaux, petits cœurs roses et chansons d’amour. La foule se disperse, repue de tant d’émotions. Enfin elle essaie. Nous sommes des dizaines de milliers à piétiner pour sortir du Champ de Mars. Rapidement, des plus  malins escaladent deux barrières censées empêcher l’accès à un chantier ouvert près de l’École Militaire. Tant pis si les massifs  de fleurs sont foulés aux pieds. Les bouches de métro Latour Maubourg et École Militaire sont bloquées par des voyageurs à l’arrêt dans l’escalier extérieur. Nous poussons jusqu’aux Invalides, puis vers Concorde et Louvre Rivoli. Les marcheurs sont moins nombreux  et n’occupent plus le centre de la rue. Nous tentons de prendre le métro, ligne 1 direction  Hôtel de Ville. À deux reprises, la porte du wagon bondé s’ouvre, des gens en sortent en trombe, d’autres tentent d’y entrer, ce n’est même pas une bousculade, juste un corps à corps collectif statique et sans issue. Une femme essaie de récupérer sa fille qui s’est imprudemment glissée à l’intérieur, les portes se referment sur ses bras, des mains les maintiennent entrouvertes pour qu’elle puisse extirper la gamine de la masse des voyageurs, mais elle les prend quand même sur les épaules. Elle hurle en espagnol : Me hace daño ! en se frottant les bras. Son mari et ses deux enfants l’entourent sur le quai, ils s’éloignent vers une autre ligne.

Nous partons vers la ligne 7, qui nous amènera à Châtelet. Là, moins de monde, mais une toute petite fille a les pieds coincés dans la porte au moment où elle se ferme. Des mains ouvrent la porte, on dégage l’enfant qui hurle. Sa mère passe tout le trajet à lui embrasser les pieds. Je les vois de dos, les pieds de la fillette contre la bouche de la mère, éperdue.

 

Ticket perdant

 

cnews.frcnews.fr

Un soir à 22 h, métro parisien, station République. Un homme jeune, accompagné d’une femme de son âge, en accoste un autre qui vient en sens inverse : Il y a des contrôleurs ? L’autre répond Non et passe son chemin. Le couple reprend sa route, visiblement inquiet. Nous descendons en même temps l’escalier qui mène vers le quai de la ligne 11. Les contrôleurs sont là, dans le couloir, en costume kaki, avec des agents RATP au dos traversé du mot « sûreté ». Le jeune homme s’arrête brusquement, attrape sa compagne par le bras, ils reculent. Trop tard, les agents les ont vus, ils s’approchent. Les deux voyageurs se figent. Est-ce qu’ils surjouent, ont-ils autre chose à cacher que l’absence de ticket ? D’ordinaire, dans ce genre de situation, beaucoup essaient de parlementer mais ne prennent pas cet air de panique horrifiée. Pour ces deux-là, l’enjeu paraît majeur, trop d’amendes déjà peut-être, trop de déveine, un rendez-vous qui pourrait changer leur vie et qu’ils vont rater à cause du contrôle ? Brusquement, un drame inconnu dans ce couloir plutôt paisible.

 

Lecture de nouvelles du recueil « Nouvelles du Río de la Plata »

Le 16 juin 2018, dans l’émission de Radio libertaire  « Deux bouts de scène », animée par Evelyne Trân avec la participation de Laurent Gharibian, le comédien Jean-Luc Debattice a lu deux nouvelles du recueil « Nouvelles du Río de la Plata  » : « Mi lugar en el mundo » écrite par des élèves du collège Calandreta (occitan) de Pau et  « À l’origine », écrite par moi-même.

On peut écouter l’émission sur le lien ci-dessous. La partie consacrée au recueil commence un peu après la 9e  minute de l’enregistrement.

Un verre de vin blanc

Vin blanc footage.framepool.comfootage.framepool.com

Un soir de printemps dans le métro parisien. Je reviens d’une réunion d’écrivains. Après une docte discussion, j’ai bu un  verre de vin blanc posé sur un buffet de radis, de tomates cerises et de cacahuètes.

Le métro avance dans un tunnel de coton, les couleurs vibrent plus que d’habitude mais les bruits sont assourdis, une langueur parcourt les passagers, leur peau brille sous la lumière. En face de moi, une belle créature, homme ou femme, le visage  encadré de cheveux bruns, rêve. Une femme,  le corps appuyé contre le bord du soufflet entre les deux wagons, lit un livre. Si je savais peindre j’en ferais un tableau. Un jeune homme à côté de moi s’est endormi, la tête inclinée sur le côté, paisible. Le sol du wagon est élastique, entre gomme et mousse.

Un verre de vin blanc, un soir de printemps, rend la nuit douce.

L’héritage de mai 68

Trois interventions  récentes de ma part sur Radio ciudad de Buenos Aires, le 13 mai 2018 : La herencia  de mayo 68 (l’héritage de mai 68), émission « Corresponsales en linea ».
Journaliste Danièle Raymond.
http://www.buenosaires.gob.ar/radiociudad

et France info international  monde hispanique (en espagnol) :
22 mai 2018 :
El controvertido legado de mayo 68 en Francia, L’héritage controversé de mai 68 en France.

23 mai 2018 : Recuerdos de Mayo del 68 : “Me pareció fantástico poder hablar con un chico” testimonio de Maryse Esterle.

Journaliste Raphaël Morán

Ces trois interventions s’inspirent entre autres de ma nouvelle « Ma première nuit avec un garçon » publiée sur ce blog (rubrique Déjà sortis).

 

 

 

Older posts

© 2018 Maryse Esterle

Theme by Anders NorenUp ↑