• Nous naissons pour ainsi dire

    provisoirement quelque part

    et c’est peu à peu

    que nous composons en nous

    le lieu de notre origine,

    pour y naître après coup

    et chaque jour plus définitivement.

    Rainer Maria Rilke

  • Nacemos, por así decir,

    provisionalmente en cualquier parte

    y poco a poco

    vamos componiendo en nosotros

    el lugar de nuestro origen

    para después nacer en él

    cada día más definitivamente.

    Rainer Maria Rilke

Les yeux de Colette

Au musée de Saint-Sauveur-en-Puisaye, le beau regard de Colette nous parle depuis la nuit de son temps, comme un passé qui nous questionne : qu’allez-vous faire de cette année qui commence ? Parfois les mots nous manquent. Restent le regard, les images, les sourires, les saluts, les soupirs, les haussements d’épaule et puis les mots reviennent, précis, discrets, choisis. Les mots auraient-ils manqué à Colette aussi, ou aurait-elle trouvé quoi dire aujourd’hui, elle qui traversa la grippe espagnole et deux guerres mondiales, mourut à l’orée de celle d’Algérie et passa la fin de sa vie immobilisée chez elle par l’arthrite et l’arthrose ?

Amitiés

Invitations

Archives

Pour recevoir par mail l’annonce de chaque nouvelle publication, ABONNEZ-VOUS !

Contact

Pour tout commentaire, question etc, vous pouvez m’écrire à cette adresse : maryse.esterle@gmail.com

Articles récents